Donées climatiques

En Europe et au monde (version anglais). [ lire la suite ]

Climat

Réchauffement climatique: le risque de gel printanier s’aggrave en altitude

Les arbres sont de plus en plus exposés au gel printanier au-dessus de 800 m d’altitude. L’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL et SLF), l'Université de Neuchâtel et l’Agroscope Conthey révèlent dans une étude conjointe une conséquence paradoxale du réchauffement climatique qui augmente la vulnérabilité des arbres. Ces travaux viennent d’être publiés en ligne dans la revue Agricultural and Forest Meteorology.

Feuilles de chêne pédonculé endommagées par le gel dans le Jura Suisse en avril 2017. (Photo: Yann Vitasse, WSL/Université de Neuchâtel)

En avril 2017, une vague de froid subite a gelé les vignes et les vergers, notamment en Valais, causant une perte significative de la production. En forêt, plusieurs essences ont aussi subi d’importants dommages. Ces épisodes de gel tardif risquent de se multiplier à l’avenir en raison d’une précocité toujours plus marquée de la reprise de la végétation au printemps, due au réchauffement climatique. En altitude, le décalage de la végétation lié à l’augmentation des températures s’est opéré à une plus grande vitesse que le décalage de la date du dernier gel, si bien que le risque d’exposition au gel printanier des jeunes feuilles ou des fleurs est en augmentation et pourrait encore s’aggraver à l’avenir.

Emmenés par la climatologue Martine Rebetez et le biologiste Yann Vitasse, les cinq chercheurs des trois institutions helvétiques, soutenus par l’Office fédéral de l’environnement, ont analysé des séries de données journalières ininterrompues depuis au moins 1975, provenant de 50 stations du réseau MétéoSuisse réparties dans tout le pays. [lire la suite]