Historical Weather

Find historical weather by searching for a city, zip code, or airport code. [ lire la suite ]

Donées climatiques

En Europe et au monde (version anglais). [ lire la suite ]

Météo & Savoir

Les oiseaux migrateurs

Au printemps, des dizaines de milliers d’oiseaux qui avaient migré à l’arrivée de l’hiver reviennent. Ce phénomène a toujours fasciné les hommes, lesquels ont cherché à comprendre les raisons et les moyens qu’utilisent les oiseaux pour accomplir cet extraordinaire voyage. Plusieurs méthodes d’observation, et des recherches menées sur le sujet, ont permis de comprendre une grande partie de ce phénomène.

Ce sont des avocettes que l'on voit ici voler à l'aube dans cette région à l'est de l'Angleterre. (Image: fotogenix/canstockphoto)

Qu’est-ce que la migration?

En hiver, lorsque les conditions climatiques ne sont plus aussi favorables que durant l’été, des dizaines de millions d’oiseaux migrent: ils volent en direction de leurs habitats d’hiver, appelé «zones d’hivernage». Les oiseaux dits «migrateurs», par exemple la cigogne, se distinguent des oiseaux «sédentaires», c’est-à-dire ceux qui restent au même endroit toute l’année, comme la pie. Le plus souvent, les oiseaux sédentaires habitent dans des régions où le climat est plus doux. L’arrivée de l’hiver et de ce qui l’accompagne - le froid, le manque de nourriture - n’est pas un problème pour eux.

En revanche, pour ceux qui ne peuvent rester au même endroit toute l’année, parfois un très long voyage les attend. Les oiseaux migrateurs peuvent parcourir, pendant des semaines et parfois même des mois, des milliers de kilomètres. [lire la suite]

______________________________________________

L'allergie aux pollens touche aussi nos animaux

Truffe qui pique, larmes, difficultés respiratoires: chiens et chats n'échappent pas à ce fléau printanier.

Les chats et les chiens sont aussi touchés par les pollens. Image: Pixabay

Le rhume des foins ne cesse de faire de nouvelles victimes. Depuis vingt ans, le nombre de personnes allergiques aux pollens a doublé en Suisse. Une sur quatre en est atteinte. Une sur deux le sera d'ici 2050.

Les humains ne sont pas les seuls à faire les frais de ce fléau printanier. Nos animaux aussi.

Des signes qui ne trompent pas

Les symptômes qui en témoignent sont les mêmes que les nôtres. À quelques détails près: yeux qui coulent, éternuement, truffe qui pique. Dans les cas les plus sévères, ce sont le grattage intempestif, le léchage excessif d’une zone, la perte de poils et les éruptions cutanées qui trahiront l'allergie. [lire la suite]